SNUDI FO section de la Marne
Maison des syndicats 1, place de Verdun 51000 Châlons en Champagne
| 06 61 52 66 37 | SNUDI-FO51@sfr.fr |


Les actions du SNUDI 51 sur le sujet de la suppression des contrats aidés
Publié; le 7 décembre 2017 | Administrateur

Une délégation Force Ouvrière, dirigée par Sylvie SFEROWICZ (secrétaire de l’union départementale Force Ouvrière) a été reçu jeudi 9 novembre par Monsieur le préfet de la Marne (Denis CONUS). La délégation était composée de représentants du Snudi-FO (Luc NEUHAUSER et Thibaut FONTAINE), d’un représentant de FO-Santé et d’un représentant de FO-territoriaux.

Ce compte-rendu d’audience est rédigé par le SNUDI-FO et ne rendra compte que des éléments généraux et particuliers à l’Education Nationale.

Sylvie SFEROWICZ introduit l’audience avec des considérations d’ordre générales sur :
-  les conséquences de la suppression massive des contrats aidés décrétées par le gouvernement
-  les conséquences de sa politique brutale vis-à-vis du service public, mais aussi vis-à-vis des classes modestes et moyennes La parole est ensuite laissée aux différents représentants des syndicats pour exprimer les revendications et les conséquences plus particulières dans leurs secteurs de la suppression des contrats aidés.

Monsieur le préfet prend la parole et donne les indications suivantes :
-  Il ne s’agit pas d’une suppression des contrats aidés mais d’une baisse importante de le leur nombre (30 % ne sont pas renouvelés).
-  Les priorités de renouvellement dans la Marne sont pour les contrats aidés qui concernaient des séniors dans les communes de moins de 2000 habitants, les contrats aidés qui concernent l’urgence sanitaire en ce qui concerne les associations (la Banque Alimentaire, Emmaüs…). Dans l’Education Nationale sont sanctuarisés les contrats d’AVS pour les élèves MDPH.

Monsieur NEUHAUSER expose alors les conséquences des suppressions de contrats aidés dans l’Education Nationale. En ce qui concerne les EVS (aides à la direction), la suppression de ces contrats engendre des problèmes de sécurité, de surcharge de travail pour les directeurs qui ont aussi une classe (qui ouvrira la porte au taxi qui viendra chercher un élève d’ULIS ? que faut-il faire : laisser sa classe et aller ouvrir ou laisser la personne à la porte ?)… Monsieur NEUHAUSER évoque aussi les problèmes de recrutement des AVS pour élèves identifiés MDPH ainsi que la proposition de remplacement des contrats aidés par des services civiques faite à certaines écoles.

Toutes les motions envoyées par les écoles au SNUDI-FO ont été transmises à Monsieur le préfet lors de cette audience.

Les réponses du préfet sur le sujet : Normalement, il y a des marges de manœuvres possibles pour répondre favorablement aux écoles dans laquelle la situation serait particulièrement difficile. Néanmoins c’est le DASEN qui est responsable de l’attribution des moyens. Il reconnaît les difficultés exposées. Monsieur le Préfet est en contact avec Monsieur le DASEN et lui exposera les cas et nous encourage à rentrer en contact avec lui (ce que nous ferons puisque nous avons une audience avec le DASEN mardi 14 novembre).

Lors de notre audience avec le DASEN, celui-ci nous a indiqué n’avoir aucune marge de manoeuvre. Celle-ci se limitait à trois contrats aidés qui ont été maintenus sur une école en Rep+, pour une personne RQTH, et une personne qui avait besoin d’une année supplémentaire pour faire valoir ses droits à la retraite.

Pour le SNUDI FO, le dossier n’est pas clos, nous allons nous adresser une nouvelle fois à Monsieur le Préfet de la Marne

cale




SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo