SNUDI FO section de la Marne
Maison des syndicats 1, place de Verdun 51000 Châlons en Champagne
| 06 61 52 66 37 | SNUDI-FO51@sfr.fr |


Châlons-en-Champagne, rythmes scolaires et « consultations » : Laisser se poursuivre la mainmise de la ville sur le fonctionnement des écoles pour les années à venir ou s’organiser pour résister ?…
Publié; le 7 décembre 2017 | Administrateur

La mairie de Châlons-en-Champagne entend bien continuer à soutenir les objectifs gouvernementaux et la territorialisation en cours de l’école !

Le SNUDI-FO rappelle que nous déplorons le transfert des compétences éducatives vers les collectivités (puisque les municipalités peuvent décider de nos emplois du temps, des journées courtes ou longues, de rythmes différents sur les maternelles et les élémentaires, qu’elles peuvent modifier cette organisation tous les ans…). Nous réaffirmons la nécessité de revenir à un cadre identique pour toutes les écoles. Malheureusement, les propos tenus par les représentants de la municipalité de Châlons dans les conseils d’école ou par voix de presse laissent peu de doute sur la décision qu’elle envisage : celle du statu quo ! Ce n’est pas un retour aux 4 jours ni à un retour à un cadre identique pour toutes les écoles qui se profile !

Le SNUDI FO 51 (qui a combattu et combat toujours cette réforme de territorialisation de l’Ecole !) constate que nous assistons au contraire depuis la mise en place des rythmes scolaires à une dégradation de travail de tous dans les écoles ! (agents territoriaux y compris et ce… sous couvert de « bien-être » de l’enfant).

L’intérêt de l’enfant et de tous les citoyens, c’est d’avoir une École républicaine (gratuite, laïque, égalitaire, une école pour tous), pas une Ecole de l’inégalité territoire par territoire !

Pour Madame Michel, adjointe au Maire chargée de l’éducation, il pourrait être envisagé de mettre en place une organisation quartier par quartier. En outre, elle soulève le problème de l’avenir des emplois précaires des animateurs dans le cadre du périscolaire. Bien sûr, le SNUDI FO avec le syndicat des Territoriaux demandent la pérennisation de ces emplois. Nous demandons d’ailleurs la transformation de ces emplois en emplois statutaires.

En tout état de cause, une majorité des conseils d’école s’est exprimée en faveur d’un retour aux 4 jours.

« Il faut se laisser le temps de la réflexion » répète la municipalité. Il faut se rappeler d’un temps pas très lointain où le Maire a décidé de fermer 8 écoles sur Châlons en 3 ans en prenant appui sur des « groupes de pseudo-concertation ».

La position majoritaire des conseils d’école, des enseignants et des parents d’élèves sur Châlons confirme l’analyse du SNUDI-FO :

La grande majorité des personnels n’ont jamais voulu et ne veulent plus de cette réforme des rythmes scolaires et de la confusion entretenue entre le scolaire et le périscolaire (celui-ci prend d’ailleurs de plus en plus d’importance).

Nous sommes fonctionnaires d’Etat et entendons le rester. Nous ne sommes pas employés de la mairie.

Dans ce cadre-là, nous invitons les collègues à faire remonter au DASEN et à la mairie de Châlons les résultats des votes émanant de ces conseils d’école avant le 18 janvier (date butoir de l’Education Nationale)

Le SNUDI-FO soutient toutes les initiatives des collègues et directeurs allant dans ce sens (réunions, AG, motions…)

Consignes pratiques du syndicat :

Le SNUDI FO rappelle aussi que « rien ne s’oppose règlementairement à ce que des modifications de la semaine scolaire, et donc le passage à 4 jours, aient lieu en cours d’année scolaire. » Ceci vient d’ailleurs d’être confirmé pour les écoles de Colmar pour lesquelles la DASEN du 68 vient de donner un avis favorable au passage à 4 jours à compter du 8 janvier.

L’avis favorable d’une majorité de conseils d’écoles d’une commune (ou d’un EPCI) est donc nécessaire pour que le passage à 4 jours soit généralisé à toutes les écoles de la commune.

Face aux différentes tentatives de blocage et de ralentissement de la procédure, rappelons que si le premier conseil d’école n’a pas formulé d’avis à ce sujet, le directeur a tout à fait la possibilité de convoquer un conseil d’école extraordinaire qui émettra un avis (sous la forme d’un vote de ses membres) pour le passage à 4 jours ou d’avancer la tenue du 2ème conseil d’école.

De même, si la demande du Maire est indispensable pour obtenir le passage à 4 jours, il n’y a aucune raison d’attendre que celui-ci se déclare favorable pour convoquer le conseil d’école.

Dans tous les cas la convocation du conseil d’école et son vote pour le passage à 4 jours sont donc indispensables.

Voici ci-dessous un exemple d’avis à soumettre au vote des membres du conseil d’école : “Le conseil d’école de l’école ..................... à .................... demande le passage à 4 journées de classe de 6 heures sur 36 semaines.”

Faire figurer au procès-verbal du conseil d’école cet avis avec les résultats des votes en indiquant que l’avis a été adopté par la majorité des votes exprimés par les membres du conseil d’école et en précisant le nombre (et pas les noms) des membres du conseil d’école qui ont voté Pour : , Contre : , qui s’abstiennent : , qui ne participent pas au vote : .

Le SNUDI-FO demande une audience au Maire de Châlons-en-Champagne pour un retour à la semaine de 4 jours sur 36 semaines, demande le ré-emploi des animateurs dans un cadre statutaire pour des animations de qualité le mercredi.

cale




SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo