SNUDI FO section de la Marne
Maison des syndicats 1, place de Verdun 51000 Châlons en Champagne
| 06 61 52 66 37 | SNUDI-FO51@sfr.fr |


Rentrée 2019 dans les écoles : le tour de passe-passe du ministre !
Publié; le 16 janvier 2019 | Administrateur

Le ministre Blanquer a rendu publique la dotation en postes pour les écoles maternelles et élémentaires pour la ren- trée 2019 lors du CTM du 19 décembre 2018.

Derrière l’annonce de création de 2 325 EPT…

Le ministre vante largement la priorité au primaire pour justifier les 2650 suppressions de postes dans les collèges et les lycées et 400 chez les administratifs, la réalité est toute autre. L’annonce de la création de 2 325 postes dans le pri- maire pour la rentrée 2019 ne règle rien, bien au contraire. Il reste sourd à la colère qui gronde dans les écoles, comme dans tout le pays, pour respecter les 50 000 suppressions de postes dans la Fonction publique voulue par Macron.

… la réalité est toute autre :

  • 13 académies n’ont aucune création de poste, soit 49 départements c’est à dire la moitié du territoire na- tional devront faire sans aucun moyens supplémentaires alors que les effectifs explosent, que les remplaçants man- quent, que les RASED ont disparu et que l’inclusion scolaire désorganise les classes.
    La Martinique, la Guadeloupe… n’auront pas un seul poste supplémentaire.

Au 2 325 ETP annoncés il faut, en réalité, retirer :

  • 150 postes réservés pour « la stratégie nationale pour l’autisme » dont on ne sait pas comment ils seront utilisés.
  • 4 000 postes pour le dédoublement des classes de CE1 en REP et l’achèvement du dédoublement des classes de CE1 en REP+
  • Et combien de postes pour la scolarisation obligatoire à 3 ans (26 000 élèves supplémentaires) ?

En réalité, il manque donc plus de 2 000 postes de PE ne serait-ce que pour maintenir l’existant déjà très nettement insuffisant. Ces 2 000 postes seront récupérés sur les postes classe, les postes de remplaçants… La réalité c’est donc la fermeture programmée de milliers de classes et d’écoles entières en milieu rural, mais aussi en ville no- tamment en maternelle et des fusions d’écoles pour supprimer des postes de directeurs et d’adjoints alors que les PE sont déjà à la limite de la rupture.
Partout les effectifs vont exploser. Cette situation ne permettra ni d’améliorer les effectifs par classe dans les 90 000 classes dont l’effectif dépasse 25 élèves et en particulier dans les 7700 qui ont plus de 30 élèves, ni de créer les postes de remplaçant qui vont continuer à manquer créant des sureffectifs de fait dans les classes, épuisant les collègues.
Les directeurs n’auront ni décharge supplémentaire ni aide administrative pour faire face à leurs tâches sans cesse grandissantes.

Le ministre anticipe son projet de statut de directeur et d’EPEP

Avec cette saignée le ministre prépare son projet de loi de statut de directeur supérieur hiérarchique et de « réorganisation administrative de l’école » dont l’objectif avéré est de réduire le nombre d’écoles de 45 000 à 18 000.

L’embauche de milliers de contractuels va s’accélérer

Alors qu’en deux ans le nombre de contractuels est passé de 300 à plus de 4000, une telle situation va accentuer le recrutement de contractuels au détriment de postes de fonctionnaires dans la logique de CAP 2022 qui entend généraliser le contrat contre le statut.

Le ministre doit ouvrir largement la Liste Complémentaire du CRPE

Pour mettre fin à cette catastrophe une décision s’impose : le ministre doit abonder immédiatement la Liste complé- mentaire du CRPE conformément à l’article 3 de la Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983. Toutes les demandes d’ouvertures ou de non-fermeture doivent être satisfaites, les brigades de remplacement doivent être reconstituées, les RASED restaurés…

  • Création des postes nécessaires — ouverture immédiate de la Liste complémentaire
  • Non au recours aux contractuels
  • maintien et renouvellement de tous les contrats aidés — leur transformation en emplois statutaires de la Fonction publique
    Le SNUDI-FO invite les PE, les AESH à se réunir pour adopter leurs revendications et à prendre toutes les initiatives pour les faire valoir, y compris par la grève.

Montreuil, le 9 janvier 2019

cale




Documents Liés
PDF - 235.8 ko
Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
Versement de l’ISAE aux directeurs de SEGPA : victoire du SNUDI-FO
PsyEN EDA : le SNUDI-FO porte les revendications au ministère
Déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CT ministériel du 14 mai 2019
Allocution d’Emmanuel Macron : de la fiction à la réalité...
Fonction publique : Grève unitaire et manifestations le 9 mai prochain
« Réforme » des concours, pré-professionnalisation : plus que jamais, retrait du projet de loi Blanquer !
Formation des enseignants : les annonces du Ministre s’inscrivent dans le projet de destruction de la Fonction publique
Pulvérisation des statuts d’enseignants, dont celui de PE, suppression des directeurs et des écoles
Un amendement qui programme la disparition de l’école maternelle de la République
Courrier au ministre
19 mars - Communiqué des organisations syndicales et de jeunesse
Les Établissements publics des savoirs fondamentaux, une arme de destruction massive du statut de PE et de l’école publique
Courrier de la FNEC au ministre
7 février 2019 : tous à Matignon pour nos revendications ! Le gouvernement doit lâcher !
Nous voulons la satisfaction des revendications, pas un débat !
Rentrée 2019 dans les écoles : le tour de passe-passe du ministre !
Déclaration de la C.E. confédérale FO du 13 décembre
Lettre ouverte au ministre de l’Education nationale
FORCE OUVRIERE EN POLE POSITION A LA FONCTION PUBLIQUE DE L’ETAT !
Élections professionnelles : FORCE OUVRIÈRE confirme sa progression à tous les niveaux
1 | 2 | 3 |>
SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo